GIEC : résumé complet du dernier rapport

Découvrez les trois parties du dernier rapport du GIEC, résumées et simplifiées pour être accessibles à toutes et à tous !

GIEC : résumé complet du dernier rapport
Photo by Guy Bowden / Unsplash

En espérant vous offrir une bonne vision d'ensemble dans ce format relativement court.


Ça y est.

La 3ème et dernière partie du sixième rapport du GIEC vient d'être publié officiellement le 4 avril 2022.

Rédigé par plusieurs centaines de scientifiques durant de (très) nombreuses heures de travail, cet ouvrage fourni : preuves, explications et directions à prendre quand à notre avenir climatique.

Avec presque 4000 pages pour le premier volet uniquement, il nous semblait important de résumer le contenu complet (incluant les 3 parties) de ce sixième rapport pour garder un format digeste. Que ce soit accessible à toutes et à tous.

Voici donc le sommaire :

  • Partie 1 : Les bases physiques du climat et l'analyse des climats sur différentes temporalités (passés, présents et futurs)
    • L'état actuel du climat
    • L'Homme est responsable
    • Différents futurs possibles
  • Partie 2 : Les conséquences du changement climatique, la vulnérabilité de nos infrastructures et des écosystèmes.
    • Les dommages observés
    • Les pays ne sont pas tous égaux
    • Il existe des solutions
  • Partie 3 : Les solutions à mettre en place pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.
    • Besoin de toutes les énergies décarbonées
    • Sobriété avant tout
    • Ce n'est pas qu'une question d'énergie
    • L'aspect social est tout aussi important
    • Quelques actions à mettre en place
  • Conclusion

Partie 1 : Mise au point

9 août 2021

L'état du climat

climate change

Comme on peut le voir sur l'infographie ci-dessus, la situation devient critique.

Selon le rapport, la barre fatidique des 1,5°C devrait être atteinte dès 2030 : c'est 10ans plus tôt que ce qui était prévu ! Si les Accords de Paris devaient permettre une trajectoire de 2°C, sans actions immédiates nous nous dirigeons aujourd'hui plutôt entre 4 et 5°C.

L'Homme est responsable

"Mais c'est comme ça, y'a des cycles. Le réchauffement c'est naturel !"

Alors oui, mais non. La responsabilité humaine jusque-là décrite comme "extrêmement probable" est désormais "sans équivoque".

La concentration en gaz carbonique dans l'atmosphère atteint des niveaux historiques et il faut revenir 2 millions d'années en arrière pour retrouver des conditions similaires.

Différents futurs possibles

Rien n'est figé aujourd'hui. Le groupe d'expert nous rappelle qu'il est encore temps d'agir. Selon l'intensité de nos actions, divers scénarios sont possibles.

Le premier groupe n'oublie pas de rappeler que rien n'est joué d'avance. Il est en notre pouvoir de changer les choses et nous devons le faire, car chacun d'entre nous est vulnérable.

Partie 2 : Notre vulnérabilité

28 février 2022

Les dommages observés

Des vagues de chaleur aux précipitations extrêmes, en passant par l'élévation du niveau de la mer. Toutes les catastrophes dont que les précédents rapports nous ont avertis se sont avérées et tendent à s'empirer.

Elles sont accompagnées de conséquences terribles : dégradation des infrastructures humaines, pollution de l'air comme de l'eau et des sols, perte de biodiversité, etc.

Les pays ne sont pas tous égaux

Pénuries alimentaires, sécheresses, températures extrêmes... tous les pays ne sont pas dans le même bateau face aux problèmes environnementaux. Chaque région du monde est impactée mais à différentes échelles.

On remarque qu'une fois encore, les pays du Sud sont largement plus vulnérables que ceux du Nord. On peut s'attendre à ce que les habitants des pays en rouge sur l'infographie subissent de lourdes pénuries d'eau et de nourriture tout en devant supporter des températures plus sévères (parfois physiquement insupportables pour le corps humain dans certaines régions) et plus fréquemment.

Vulnérabilité selon les pays

Mesures d'adaptation

On estime à 2,5 milliards le nombre d'habitants en plus qui vivront dans les villes en 2050. D'énormes possibilités s'offrent à nous dès maintenant pour adapter nos villes à un mode de vie plus durable.

Le GIEC présente plusieurs mesures prévues à cet effet :

  • Réduction de la vulnérabilité,
  • Évitement : décourager les développements dans les zones les plus vulnérables
  • Protection : installer des digues, élever les maisons dans les zones costales
  • Anticipation : construire vers le haut et vers l'extérieur de la mer)et
  • Retrait échelonné et contrôlé : déplacement des personnes et des aménagements à l’intérieur des terres

Le troisième groupe se penche plus en détail sur les solutions à mettre en place.

Partie 3 : Comment réduire nos émissions

4 avril 2022

Les grands secteurs de la transition

  • Énergie
  • Agriculture, forêt et autres utilisations des terres
  • Systèmes urbains
  • Construction
  • Transport
  • Industrie
  • Finance

On ne va pas les voir en détail ici mais voici les grandes lignes :

Besoin de toutes les sources d'énergie décarbonées

C'est une des grandes thématiques au cœur de la campagne présidentielle actuelle. Chaque candidat voit les choses à sa façon : pro ou antinucléaire, pro ou antiéolien...

Le GIEC rappelle encore une fois que toutes les énergies décarbonées seront nécessaires à notre transition énergétique. Les énergies émettrices de CO2 doivent quant à elle doivent être abandonnées au plus vite.

Sobriété avant tout

La meilleure énergie, c'est celle qu'on ne consomme pas.

Si à Silt on met en avant certaines innovations technologiques on veut avant tout rappeler que rien ne sera possible sans sobriété. Dans ce dernier rapport, le groupe d'expert insiste.

Avant de parler de décarbonation à grande échelle ou de révolution "green tech", réduisons nos émissions. Le travail de ces technologies - qui parfois ne sont pas opérationnelles à grande échelle ou n'existe tout simplement pas encore - ne sera que facilité.

Ce n'est pas qu'une question d'énergie

Oui c'est important, mais ce n'est pas tout !

Dernièrement, nous n'avons pas arrêté de dépasser les limites planétaires (5 sur les 9).

L'aspect social est tout aussi important

Pas de justice climatique sans justice sociale. C'est une des conditions les plus importantes et pourtant si peu mise en avant.

Comment demander aux gens de prendre leur vélo quand d'autres se pavanent en jet ? Pourquoi taxer la classe moyenne pour financer notre combat si rien n'est demandé aux exilés fiscaux ?

(Bonus) Quelques actions à mettre en place à notre échelle

  • Isoler votre logement si vous en avez les moyens : C'est l'une des plus grandes sources de dépense énergétique en France
  • Baisser le thermostat et mettre un pull : 1°C en moins de chauffage c'est 7% d'économies réalisées
  • Choisir la marche et/ou le vélo dès que possible : Vous pouvez comparer les émissions des différents types de transport
  • Opter pour un régime moins carné

Ces quelques gestes réduiront grandement votre empreinte carbone !

En résumé

Il ne nous reste que 3ans pour inverser la tendance si on ne veut pas vivre dans un monde chaotique.

La sortie des deux premiers volets a été éclipsée par deux faits d'actualité différents : l'arrivée de Messi au PSG et (on peut le comprendre) la guerre en Ukraine.

On ne peut qu'espérer que cette fois-ci, le sujet sera couvert et mis au premier plan par les médias. Qu'il soit repris dans le débat public, dans le débat présidentiel. Tout de suite, demain et après-demain.

Qu'on en parle... tout simplement.

Discutez-en autour de vous, posez sur le sujet sur la table et si possible :

Partagez cet article !

On nous alerte une énième fois en proposant des solutions. Ne laissons pas passer la chance que nous avons.

Liens